Grupo Català fournisseur de Mercadona

En Catalogne, treize entreprises produisent les marques exclusives de la plus grande chaîne de supermarchés espagnole, avec des investissements qui ont dépassé 65 millions d’euros en 2008. Les fournisseurs intégrés qui produisent les marques Hacendado, Bosque Verde et Deliplus ont investi plus de 65 millions d’euros l’année dernière pour agrandir ses centres de production en Catalogne.

Ces dernières semaines, Mercadona a fait la une des journaux dans le secteur de la distribution. Le retrait de 800 produits de leurs rayons a provoqué une vive polémique, en particulier parmi les principaux fabricants de marques du marché. Cependant, la chaîne présidée par Juan Roig assure que la moitié des références retirées correspondent aux producteurs des marques propres de la chaîne: Hacendado, Bosque Verde, Deliplus et Compy. Mais qui est derrière ces signes?

Mercadona compte une centaine de fabricants qui produisent pratiquement exclusivement pour le groupe. Ce sont les fournisseurs dits intégrés, des entreprises avec lesquelles la chaîne établit une relation à long terme et qui sont régies par une politique de livres ouverts, afin que, à tout moment, les deux parties connaissent leurs marges.

Treize des cent fournisseurs intégrés de Mercadona sont originaires de la capitale catalane ou ont leurs centres de production en Catalogne. A partir de ces usines, les 1212 supermarchés que possède la chaîne en Espagne (141 en Catalogne) sont approvisionnés en produits aussi variés que des pizzas, des gels de bain, des teintures capillaires, de la viande de poulet et de lapin, des saucisses, du lait, de l’eau minérale, des poires, du papier essuie-tout, sacs de maquillage ou poubelles (voir encadré). Ces sociétés doivent être rejoints par les multinationales Cantalou (poudre de cacao) et Multy Abrasponge (tampons à récurer), qui ne fabriquent pas en Catalogne mais ont leurs centres de distribution à Pallejà (Baix Llobregat) et à Montmeló (Vallès Oriental) – respectivement – leurs centres de distribution.

Capitale familiale
Selon les chiffres provisoires compilés par EXPANSIón, les fournisseurs intégrés catalans ont investi plus de 65 millions d’euros en 2008 dans l’extension et l’amélioration de leurs installations de production. En 2007, l’effort d’investissement était de 190 millions d’euros, notamment pour les nouvelles usines de Casa Tarradellas à Gurb (Osona) et l’usine de papier SCA à Puigpelat (Alt Camp).

À l’exception de cette multinationale scandinave et de Sada (détenue par la société néerlandaise Nutreco), les fournisseurs intégrés catalans de Mercadona sont des entreprises familiales et une coopérative. Monter, Maverick et Cunicarn travaillent exclusivement pour Mercadona. De même, la chaîne de supermarchés absorbe 90% des ventes d’Azalea Cosmetics et 70% du chiffre d’affaires de Saplex. Le degré de dépendance vis-à-vis de Casa Tarradellas est également élevé, même si l’entreprise ne révèle pas le chiffre.

«Nous avons tous nos œufs dans le même panier», explique Ramon Calbet de Cunicarn. L’entrepreneur ne s’inquiète pas de cette situation car le système Mercadona lui donne la tranquillité d’esprit de savoir qu’il a toujours toute la production vendue et qu’il sera payé dans les 30 jours. «Nous connaissons parfaitement les règles du jeu; c’est une relation mutuelle de confiance et de transparence à long terme qui nous permet d’investir continuellement », ajoute Calbet.

Le patron’
Daniel Folch, de Saplex, est également « absolument heureux » d’être un fournisseur intégré de Mercadona, et admet que « s’ils ferment, nous aussi ». «Mercadona nous offre un chemin vers l’excellence, l’exige de nous et nous facilite la tâche; Nous n’avons eu à nous soucier de rien d’autre que de nous améliorer pendant cinq ans », déclare Folch. L’entrepreneur valorise particulièrement l’agilité avec laquelle les décisions sont prises et le «contrôle quotidien» auquel les clients de la chaîne (le patron, selon l’argot du groupe) soumettent l’entreprise.

Joan Català, directeur du Grupo Català, s’exprime dans le même sens, soulignant le fait qu’il y a « un interlocuteur unique » et la possibilité de savoir de première main ce que le consommateur demande. «Nous continuerons d’investir pour suivre la chaîne et nous adapter aux goûts des clients», déclare Català.
Les contrats que Mercadona signe avec ses fournisseurs sont essentiels, mais à tout moment l’une ou l’autre des parties peut les rompre. Si tel est le cas, la chaîne présidée garantit une «période de libération» de trois ans. Parmi les groupes catalans qui sont passés par ce processus, il y a Gallo, qui a été remplacé en 2006 par Siro en tant que fabricant de pâtes Hacendado.

Catafruit, poires et pêches de Lleida
La famille Català a investi 40 millions d’euros en cinq ans grâce au fait que Mercadona est le principal client. Par l’intermédiaire de Catafruit, le groupe Lleida Grupo Català fournit des poires, des nectarines, des pêches et des abricots aux supermarchés de la chaîne, en plus de collaborer avec le fournisseur intégré de pommes et de prunes. En 2001, Catafruit a vendu 3 millions de kilos à Mercadona, un chiffre qui s’élevait à 27 000 tonnes l’an dernier. La majeure partie des investissements a été destinée à dupliquer la superficie de ses propres exploitations fruitières, qui totalisent désormais 1 300 hectares entre Lleida, Aragon et Estrémadure.

Conformément à l’accord à long terme avec Mercadona, Grupo Català a installé dans une partie de ses exploitations un système anti-grêle coûteux composé de mailles qui couvrent les arbres mais n’empêchent pas la croissance et la maturation des fruits. Les fermes ont également été équipées de systèmes d’irrigation goutte à goutte et d’antigels afin d’assurer les récoltes et de garantir l’approvisionnement du groupe de distribution. Grupo Català a également investi dans une usine de conditionnement et d’approvisionnement de fruits pour Mercadona à Tenerife, en plus des centres que l’entreprise avait déjà à La Portella (Segrià) et à Mérida.

En 2008, Grupo Català, désormais géré par la deuxième génération, a vendu 87 000 tonnes de fruits et réalisé un chiffre d’affaires de 66 millions d’euros. La moitié – 33 millions – correspond à des ventes avec Mercadona et le reste, à des clients étrangers (Hollande, Royaume-Uni et Allemagne) et à l’approvisionnement de l’industrie de transformation. «Le fait d’être des fournisseurs intégrés nous a permis d’atteindre notre objectif de transporter le fruit directement du champ au consommateur final», explique Joan Català, directeur général.